Les bienfaits de la pleine conscience

Des programmes de réduction du stress fondé sur la pleine conscience, existent dans de nombreux pays aujourd’hui, ainsi que dans plus de 250 grands centres médicaux.

Les bienfaits de la pleine conscience sont nombreux, notamment apporter clarté et conscience dans nos expériences intérieures, et jouer un rôle important dans l’équilibre du système nerveux sympathique et parasympathique.

Stabiliser son attention permet d’observer nos différents états mentaux.

Il est montré que le cortex pré frontal parviendrait à équilibrer, grâce à la pleine conscience, les deux branches du système nerveux autonome de manière flexible et adaptable, générant une situation d’équilibre.

Cet équilibre nous aide à ne pas nous laisser aspirer par notre contenu mental et nos réactions non conscientes.

Il y a de profondes répercussions sur la santé physique et globale. Nous participons ainsi activement à notre propre pris en charge et à l’amélioration de notre état général.

La pleine conscience s’est révélée efficace, entre autre, sur les symptômes suivants :

  • anxiété
  • trouble obsessionnel compulsif
  • douleurs chroniques
  • psoriasis
  • développement de l’empathie
  • bien-être
  • prévention des rechutes dépressives
  • toxicomanie
  • etc.

Elle contribue également à diminuer le stress et à améliorer la qualité de vie des patients, entre autres, atteints de cancer du sein et de la prostate.

Il peut sembler étonnant que cette pratique puisse agir sur des troubles aussi différents.

La réponse est dans sa nature même.

La conscience appliquée aux déséquilibres et permettant d’identifier des tendances non conscientes, nous conduit à faire de nouveaux choix en faveur du bien-être et de l’équilibre.

D’après la théorie du psychologue Gary Schwartz qui étudie le stress, un modèle de boucle rétroactive s’applique à la santé. Lorsque vous n’êtes pas conscients de vous réactions internes au stress et de leurs manifestations à travers vos pensées, vos sensations et vos émotions, vous êtes déconnectés, d’où un déséquilibre du corps et de l’esprit.

À l’inverse, la pleine conscience va créer progressivement de la connexion, vous aide à identifier l’expérience afin que vous puissiez faire le nécessaire pour retrouver l’équilibre.

Elle apporte également :

  • Vigilance
  • Concentration
  • Bien meilleure écoute
  • Renforcement du système immunitaire
  • Raisonnement, prise de décision
  • Plasticité neuronale
  • Réactivité émotionnelle moindre

D’après le psychiatre Daniel Siegel, directeur du centre de recherche sur la pleine conscience de l’université de Californie : « la clé d’une approche en pleine conscience du stress implique l’activation d’un système

d’auto engagement qui consiste à se mettre à l’écoute de soi-même et à développer un sentiment intérieur sans peur, qui pourrait être au cœur de l’État de détente ».

De nombreuses études démontrent des changements positifs dans le cerveau.

Ces résultats scientifiques, confirment ce qui est constaté de manière empirique auprès des milliers de personnes qui fréquentent les cycles de pleine conscience.

Quelques résultats d’études scientifiques :

Le Dr Richard Davidson (directeur du laboratoire neurosciences de l’université du Wisconsin) constate, en mesurant l’activité électrique du cerveau de chaque participant d’un groupe d’études ayant suivi un programme de méditation pleine conscience, une activation  significative de la partie du cerveau associée aux états affectifs positifs et à la régulation des émotions.

Les sujets se remettaient plus vite d’un événement stressant.

L’expérience a montré également que la méditation contribue à renforcer la réponse immunitaire.

Sara Lazar, professeur à la faculté de médecine d’Harvard, a mis en évidence, grâce à des IRM cérébrales, des régions plus épaisses du cortex frontal, à l’origine du raisonnement et de la prise de décision, chez des sujets qui pratiquaient régulièrement la méditation pleine conscience.

Daniel Siegel , déjà cité, indique que la manière dont nous prêtons attention, affecte le plasticité neuronale, à savoir la capacité à modifier les connexions neuronales en fonction de nos expériences.

La pleine conscience aurait donc un effet positif sur la résilience, l’autorégulation, et le bien-être.

Grâce son influence sur l’amygdale (une glande à l’intérieur du cerveau, siège de l’anxiété), on note une diminution importante de la réactivité émotionnelle.