Pour une santé et un équilibre physique, psychique et émotionnel.

Pourquoi le souffle est-il l’un des aspects fondamentaux de la méditation pleine conscience ?
Bien sûr, des médecins, des thérapeutes ou des médicaments peuvent aider à traverser des épreuves ou des crises.
Toutefois, nous sommes nous-même responsables en premier lieu de notre propre santé et de notre propre bien être.
La méditation nous le rappelle : une source de bonheur durable se trouve en nous.
Et qui plus est, cette pratique ancestrale, nous conduit à mobiliser nos ressources et notre force intérieure pour vivre de façon plus responsable et harmonieuse.

Une majorité de personnes est passive en matière de santé. Il faut que quelque chose se détraque, pour que l’on se tourne vers un médecin et vers des médicaments pour résoudre le problème.
La méditation nous invite à la prévention de la maladie, à préserver sa santé et à la conserver.

Il s’agit simplement de prendre « à bras le corps » la responsabilité de sa santé. (Évidemment, tout en respectant et en suivant les prescriptions de votre médecin).
D’ailleurs, la médecine intégrative, aujourd’hui, affirme que la guérison est grandement facilitée lorsque le patient participe activement au processus.

Nous ne sommes pas simplement un corps physique mais un corps-mental psycho physique.

Le stress négatif crée, la plupart du temps, un déséquilibre du corps et du mental.
Nous respirons alors de manière rapide et superficielle.
Les glandes surrénales travaillent trop et notre sang étant moins oxygéné, le processus affame les cellules. Le stress constant déclenche la réponse combat ou fuite, un afflux de cortisol (hormone du stress), ce qui nous met en état d’alerte chronique, ce qui est extrêmement néfaste à long terme.
La régénération de l’énergie devient de plus en plus difficile, et l’épuisement s’installe.

En apprenant à desserrer cette emprise, nous pouvons revenir à plus de paix et d’harmonie.

De nombreuses publications scientifiques et médicales, ont montré la pertinence et les résultats étonnants et puissants de la méditation pleine conscience. (Qui a d’ailleurs une origine médicale)
(Voire les bienfaits dans ce site).
Nous avons toutes et tous en nous, cette capacité (naturelle et innée) de développement de la conscience, pour retrouver et maintenir le bien très précieux, d’un équilibre mental, psychologique et physique.

La méditation nous conduit progressivement, à mieux se connaître, à relâcher les tensions corporelles et mentale, à défaire tous les NOEUX que nous serrons très fort, lorsque l’on va à contre sens du cours de la vie.
Comme les nœuds d’un tuyau qui empêcherait l’eau de couler normalement, ces nœuds bloquent nos énergies les plus subtiles.

Nous respirons environ 20 000 fois par jour. (En moyenne).

Notre souffle nous accompagne depuis notre naissance jusqu’à la fin de notre vie.
En sommes-nous conscients ?
Phénomène géré par notre système nerveux autonome, la respiration est un automatisme, le seul sur lequel nous « avons la main ».
La respiration est quasiment jamais optimale, ni même satisfaisante.
Les habitudes de respiration sont assez mauvaises.
Une mauvaise inspiration entraîne et augmente le stress, et à l’Inverse le stress raccourcit la respiration et augmente le niveau d’anxiété.
Pour maintenir notre santé à un niveau idéal, la respiration charge notre sang en oxygène, pour nourrir et réparer les cellules de notre corps.
Une respiration superficielle, a pour conséquence que les toxines s’accumulent dans les cellules.
Sans trop le voir venir, nous avons un mental « engourdi » et des baisses de moral.
De plus, le fonctionnement des organes se détériore.
Le souffle est donc un moyen ESSENTIEL pour agir en profondeur sur notre corps et notre esprit ?

La conscience du souffle, permet, entre autre, d’augmenter la vitalité.
En le dirigeant consciemment vers une partie du corps affaibli, vers des organes, on peut lever certains blocages énergétiques, soulager des douleurs chroniques et faciliter la guérison.

Les hommes respirent en moyennes 12 à 14 fois par minute. Les femmes 14 à 15 fois.
Le rythme est important, mais également l’amplitude du souffle.
Une bonne respiration, stimule le métabolisme (meilleur gestionnaire de notre poids) et contribue à maintenir un équilibre correct acide-base dans le sang.

Elle agit fortement sur la zone abdominale, et (on en parle de plus en plus maintenant) beaucoup de maladie commence par les intestins. Elle contribue à renforcer le système immunitaire.
Elle réduit les niveaux de tension et d’anxiété.

Les émotions.

Sur le plan psychologique, le diaphragme sert beaucoup trop souvent de « couvercle » grâce auquel on refoule nos émotions « mal digérées » ou non souhaitées de colère et de peur.
Le diaphragme est victime trop souvent d’une contraction chronique et perd de sa souplesse.
Il y a des blocages dans la libre circulation de l’énergie entre l’abdomen et le thorax3
Une souplesse restaurée du diaphragme rétablit la circulation de l’énergie psychosomatique, notre force vitale, et permettre la libération de vos émotions.

La respiration agit en profondeur sur nos émotions, si nous nous libérons de la cuirasse de tensions qui nous emprisonnent.

Articles à venir

Les 3 cerveaux  – La peur  – Les addictions