Etudes sur le STRESS

a-bas-le-stress

Des études récentes ne font que confirmer ce que les chercheurs pensaient déjà, il y a une cinquantaine d’année.
A cette époque déjà, Henri Laborit, un des pionniers bien connu parmi les scientifiques étudiants le stress, travaillait sur l’hypothèse d’une réponse inflammatoire possible de notre organisme à des conditions sociales stressantes.
Il pensait, à juste titre, que le cerveau avait un lien étroit avec le système immunitaire.
C’est ce que montrent, en effet, les études actuelles.
Il y a production de certaines molécules pro-inflammatoires, chez un sujet qui a du mal à gérer son stress, dans le cas, par exemple, d’évaluation par un jury, passage d’un test ou examen, prise de parole en public etc.

En outre, d’autres études toutes récentes corroborent ces mécanismes, mais cette fois au sujet du lien social.
Ainsi, chez des personnes seules, un stress élevé favoriserait de façon plus importante cet enchainement biochimique inflammatoire que chez des individus entourés socialement.
Le lien social serait donc un facteur « protecteur » important, parmi d’autres (exercices physiques,  stimulation du raisonnement et de la mémoire, alimentation équilibrée etc.), pour garder ses capacités intellectuelles et ses neurones en bonne état.
L’exclusion sociale, malheureusement d’actualité, figure donc dans les risques probables  de problèmes de santé.
Une autre étude, dont les résultats sont tout à fait surprenants, a été effectuée par Barbara   L. Fredrickson et son équipe, dans le cadre de la psychologie positive.
Cette étude avait pour but d’examiner cette fois-ci le lien entre système immunitaire et l’état de bien-être.

Les résultats très surprenants de cette étude conduit à une réflexion sur cette notion de bien être perçu par notre cerveau, puisqu’elle  correspondrait à 2 réalités différentes.
En effet, un fait tout à fait curieux, notre système immunitaire, n’aurai pas la même réponse, suivant que le bien être ressenti, soit de l’ordre du plaisir, sorte de gratification immédiate, et un « bonheur » synonyme d’accomplissement.

Ainsi, la réponse de l’organisme dans le cas de plaisir ressenti, on notait une augmentation de gènes associés à une réponse inflammatoire ainsi qu’à une diminution de la réponse antivirale. (Comme quand il y a stress).
Au contraire, dans le cas plutôt d’un accomplissement ressenti, ces gènes étaient moins activés, et la réponse immunitaire meilleure.

Références :

Social-evaluative threat and proinflammatory cytokine régulation: an experimental laboratory investigation : Dickerson SS ;  Gable SL ; Irwin MR ; Aziz N ; Kemeny ME.

Loneliness Promotes Inflammation During Acute Stress : Lisa M. Jaremka ; Christopher P. Fagundes ; Juan Peng ; Jeanette M. Bennett ; Ronald Glaser ; William B. Malarkey ; Janice K. Kiecolt-Glaser.

A functional genomic perspective on human well-being : Barbara L. Fredrickson ; Karen M. Grewenb ; Kimberly A. Coffeya ; Sara B. Algoea ; Ann M. Firestinea ; Jesusa M. G. Arevaloc ; Jeffrey Mac and Steven W. Colec

L’institut IGES  vous propose de préserver votre santé par la pratiques de la méditation pleine conscience (mindfulness) à Grenoble avec ses ateliers.